RGI v2 une note à l'usage de toutes et tous / bureautique

Bonjour à toutes et tous,

Les associations ADULLACT, La Mouette, le CNLL et Ploss Auvergne Rhône-Alpes viennent de publier une note d’information concernant le RGI version2 et en particulier un point sur les formats de stockage des fichiers bureautique.

Je vous laisse le soin d’en prendre connaissance à cette adresse : http://www.ploss-ra.fr/referentiel-general-dinteroperabilite-un-point-necessaire-sur-les-formats-des-fichiers-bureautique/

Comme vous le constaterez les RGI est un document très important pour l’ensemble des collectivités et administration et il serait nécessaire qu’elles en prennent connaissance et surtout l’appliquent.
Cette note est également à la disposition de TOUS les usagers de nos administrations qui nous envoient (encore trop souvent) des fichiers bureautique dans des formats propriétaires.
N’hésitez pas à leur demander d’appliquer simplement la loi et appuyez vous sur vos préfet(e)s pour qu’ils vous aident dans vos démarches.

accès au pdf directement : Note_info_RGIv2_mai2017.pdf (191,4 Ko)
http://www.ploss-ra.fr/wp-content/uploads/2017/05/Note_info_RGIv2_mai2017.pdf

2 Likes

Ne soyons pas plus royaliste que le roi !
S’il est préconisé et recommandé d’utiliser un logiciel libre ce n’est pas une obligation d’où le caractère « conforme à la loi » qui me gène et amène de la confusion.
Dans le RGI 2 nous avions mis effectivement les formats Microsoft en « surveillance » mais nous ne sommes pas passer à l’interdiction. Dans son plaidoyer très construit et intéressant de Microsoft, sans en refaire le contenu, ils avaient étudiés les sites de l’administration centrale pour expliquer que leurs produits étaient notamment très utilisés en volume…
Ayant également vu, le passage d’une direction d’un tout Microsoft à tout logiciel libre, je peux vous affirmer que cela n’a rien de gratuit et que la perte de certains types de documents (excell, ppt) est une perte sèche.
Pour revenir au fond, deux points : logiciel gratuit ne signifie pas forcement sans couts (formation, développement, etc)
Une solution basée sur un logiciel payant est tout à fait envisageable (et pas interdit) mais doit être justifiée et argumentée au regard d’une solution gratuite (doù la liste des logiciels libres validés DINSIC par exemple).
Tout cela permet de connaître et d’augmenter les possibilités de comparaison et de mise en concurrence ni plus ni moins.

Bonjour,

@gbellamit il me semble qu’il y ait un pb de lecture de cette note.

Il n’y a pas de préconisation d’utilisation des LL sur le RGI , ça n’a rien à voir et si vous voulez la liste des LL qui sont utilisés dans les Ministères et pour lesquels vous trouverez des référents technique c’est MIMO > http://pcll.ac-dijon.fr/mim/mimo/ (voir le SILL2017)

Par contre OUI, sur la dernière loi ESR (enseignement supérieur et la recherche), il y a bien une demande d’utiliser les LL en priorité (et là c’est dans la loi) >> 2013


(petit rappel en passant aux univ/cnrs FR qui déploient des services qui sont sont effectivement « hors la loi » et également non conformes avec les directives de la CNIL).
Passons ce n’est pas le sujet.

Vous nous parlez d’un plaidoyer de MS avez vous un un lien svp ?
(et pour vos pertes sèches :wink: >> http://www.lamouette.org/migration il y en a pour qui ça se passe très bien)

Concernant la gratuité oui LibreOffice est GRATUIT donc accessible par toutes et tous et en plus il gère parfaitement l’ODF. Mais JAMAIS nous utilisons ce raccourci Libre> gratuit (surtout quand nous travaillons avec des LL et de l’opensource)

Pour en revenir au RGI version 2, il s’agit bien d’un décret d’application signé par le 1° Ministre.
Arrêté du 20 avril 2016 portant sur l’approbation de la version 2 du référentiel général
d’interopérabilité (JORF N°0095 du 22 avril 2016 texte n°1) :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=8FA99EC8C0B569D189864C2BED3B92D1.tpdila11v_2?
cidTexte=JORFTEXT000032438896&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000032
438891
AVANT de signer ce décret les services du 1° ministre on consulté et attendu un retour de l’Europe
http://ec.europa.eu/growth/tools-databases/tris/fr/search/?trisaction=search.detail&year=2015&num=674

Entre nous, savez vous pourquoi nous avons perdu une année entre cette version 2 du RGI et le décret d’application ? Vous pensez sincèrement que les services du 1° ministre se sont dit "tient si perdions encore une année et demandions à l’Europe ce qu’elle pense de cette version 2 de notre RGI " ?
Il y a des éditeurs qui dépensent sans compter (c’est notre argent) en lobbyistes, avocats etc…

N’importe qu’elle administration peut continuer à gaspiller de l’argent en licences (plutôt que de contribuer à des LL, des projets opensource, de former accompagner ses employé-e-s) et peuvent, entre eux, dans leur tour d’ivoire continuer à s’envoyer des word ou excel… Par contre ce que nous dit très bien le RGI c’est que n’importe quelle adminsitration, n’importe quel USAGER d’une administration (citoyen, entreprise association) a le droit de demander de recevoir des documents respectant les formats ouverts (odf, pdf…) et ce en phase avec le RGI.
Sincères salutations
fa