Expertizers , une alternative au tableur pour le contrôle de gestion

C’est un pavé dans la mare que je lance. Voilà trente ans que le tableur est omniprésent dans les organisations. Il est indispensable mais que d’erreurs ont été commises en son nom: Souvent des usines à gaz incontrôlables. Ancien chef de projet en informatique de gestion, au fil des années, j’ai forgé une parade qui a pour nom Expertizers. A défaut d’avoir trouvé les bons relais dans le privé, je souhaiterais que ce logiciel et la méthodologie qu’il induit puisse être analysé par quelques experts de la gestion publique pour une future (si avis favorable) mise à disposition en open source au niveau de tous les organismes publics territoriaux et nationaux.
Vaste programme, mais quels gains potentiels !
Si vous voulez en savoir rapidement plus, allez sur mon profil LinkedIn (Didier Riche) lire mes derniers posts.
J’assure une totale transparence du produit (méthode et apprentissage du logiciel) dans une brochure gratuite, disponible sur simple demande.
Merci des conseils et de l’aide que vous pourrez m’apporter. Je ne peux laisser perdre plus de 12 années de recherche et de travail qui aboutissent aujourd’hui à une solution totalement opérationnelle, fiable, rapide et sans limite de volumétrie.

C’est opensource ? Une Licence ?
fa

Bonjour Monsieur,
Pour diverses raisons je souhaiterais mettre le logiciel en open source au niveau de l’administration nationale et territoriale française, y compris les services semi publics. Mais ce n’est pas si simple ! Comment assurer la protection vis à vis des autres ensembles (privé, autres pays) ?

Pour l’instant le logiciel possède une version personal qui associe une clé de protection ‹ hard › par rapport au PC du client. Il se positionne dans la catégorie bureautique, standalone, comme le tableur. Son prix est de 500€. Pas de coût de maintenance. Upgrade gratuit.

Pour info voici le lien vers un article récent (copier et le saisir sur la barre google si besoin):

Enfin, sur demande (riche.dbb@orange.fr), je peux vous adresser la brochure ‹ User’s guide › d’apprentissage des fonctions du logiciel avec des cas concrets d’application.

Cordialement,
D.R

Bonjour @Expertizers, ce forum n’est pas un endroit pour permettre à des éditeurs logiciels de faire la publicité de solutions existantes, libres ou non. Je vous écris en privé.

Merci d’avoir débloqué mon accès après avoir reçu et analysé mes arguments me défendant d’être un éditeur en recherche de publicité.
Mon offre tient toujours, et la voici de nouveau formulée.
Je recherche tout simplement une structure du secteur public ou semi public, d’envergure nationale ou territoriale, en mesure d’assurer les objectifs suivants:

  • la maintenance et l’évolution technique et fonctionnelle du logiciel Expertizers écrit en Powerbuilder 12.6 et utilisant la DB SQLAnywhere de SAP.
  • la promotion au sein de cet organisme de la formation des contrôleurs de gestion (et éventuellement de tous les gestionnaires) à la méthodologie Expertizers dont la vocation est d’apporter une alternative structurée, pérenne, souple à l’usage souvent inconsidéré du tableur, sans pour autant en ignorer son utilité mais le ramenant définitivement à ses fonctions basiques.
  • L’extension de la formation et la diffusion du logiciel auprès de toutes les structures publiques et semi-publiques. A noter un coût de licence par version de quelques dizaines d’euro lié aux royalties SAP d’usage de la DB SQLAnywhere.
  • Assurer éventuellement toute forme de conseil et de service à ces structures après formation.
  • Assurer la sécurité d’usage à ces seules structures donc à l’exclusion des structures privées.

Voilà, que puis-je vous dire de plus, si ce n’est qu’en proposant cette solution je suis convaincu de faire une oeuvre utile pour la gestion (du moins publique), BIEN QUE TRES FUTILE au regard de l’urgence de trouver une médication efficace pour juguler le coronavirus et face au dévouement de notre personnel de santé. Toutefois, soyons optimistes et avec l’après… se reposera la question des outils de gestion.
Didier Riche